Allergie, Sensibilité et Intolérance au gluten

Il existe différents types et degrés d’intolérances alimentaires au gluten. A quoi correspondent-ils, quelle est la différence entre les allergiques au blé, les sensibles (ou hypersensibles) au gluten non-coeliaque, et les intolérants au gluten coeliaque ?

Allergie au blé :

L’allergie est une réaction physique à l’absorption d’aliments : gonflements, démangeaisons, problèmes respiratoires, eczéma… L’allergie au blé fonctionne sur le même principe que toute autre allergie alimentaire. Les allergies alimentaires concernent 3 à 5% de la population globale.

Sensibilité (ou hypersensibilité) au gluten non-coeliaque :

Il s’agit d’une réaction digestive à l’absorption de gluten, qui n’est pas diagnostiquée comme coeliaque. Si vous faites une prise de sang ou même une biopsie, vous ne verrez rien d’anormal. Et pourtant, les symptômes sont pourtant quasiment les mêmes que pour la maladie coeliaque… Cette sensibilité peut évoluer avec le temps, et même disparaître au bout de quelques années. Cette forme silencieuse de la maladie de plus en plus répandue : en France, elle toucheraient au moins 10 % de la population, soit plus de 6,6 millions de personnes.

Maladie coeliaque :

L’intolérance au gluten, en revanche, est une pathologie, diagnostiquée sur avis médical, que l’on appelle aussi « maladie coeliaque ». Il s’agit donc d’une maladie auto-immune, ce qui signifie que le système immunitaire attaque par erreur les cellules du corps qu’il considère comme « étrangères ». Pour empêcher que cette maladie auto-immune ne vienne perturber d’autres parties du corps, il est préconisé de suivre un régime sans gluten très strict et à vie.

La maladie coeliaque peut être transmise génétiquement, mais pas seulement. Il existe d’autres facteurs déclencheurs de la maladie, qui restent pour l’instant méconnus. C’est pourquoi la maladie coeliaque, bien que généralement diagnostiqué chez l’enfant, peut se déceler à tout âge. Aujourd’hui en France, on estime que 500 000 personnes seraient concernées par l’intolérance au gluten. Et pourtant, seulement 10 à 20% d’entre elles sont diagnostiquées !

Au final, que l’on soit allergique, sensible, ou encore intolérant au gluten, il n’existe qu’un seul et même remède : éliminer le gluten de son alimentation (à 100% et à vie pour les intolérants au gluten, et de façon plus ou moins stricte pour les autres).

==> Pour en savoir plus, on vous invite à lire nos pages dédiées à l’intolérance au gluten.

Articles récents

partager

Newsletter